e Festival de Cannes. Initié par la Fédération panafricaine de Cinéma (Fepaci), ce fonds vise à susciter de nouveaux soutiens pour les films du sud et à réorienter la création vers les aspirations du public." />

Organisation internationale de la Francophonie

  • Lettre d’information
  • English

63<SUP>E</SUP> FESTIVAL DE CANNES : L'OIF ET LA FEPACI LANCENT UN FONDS PANAFRICAIN DE CINÉMA

Férid Boughédir, Frédéric Bouilleux, Seipati Bulane Hopa, et Charles Mensah (OIF) La création d’un Fonds panafricain d’aide au cinéma a été annoncée par Frédéric Bouilleux, directeur de la Langue française et de la Diversité culturelle à l’OIF, lors d’une conférence de presse au pavillon « Les Cinémas du Monde », au Marché international du film de Cannes, le 20 mai 2010, en présence de Charles Mensah et de Seipati Bulane Hopa, respectivement président et secrétaire général de la Fédération panafricaine de Cinéma (Fepaci).

Initié par la Fepaci, ce projet a bénéficié du savoir faire, de l’expérience et du soutien de l’OIF pour son lancement et la réalisation de l’étude de faisabilité. Il répond aux engagements concernant la viabilité économique du cinéma pris en 2007 par Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, à Ouagadougou (Burkina Faso) lors du Fespaco.

Ce nouvel instrument vise à mobiliser de larges soutiens, aux côtés des financements multilatéraux et bilatéraux existant, en suscitant de nouveaux partenariats, en fédérant les efforts et en orientant la création cinématographique vers les besoins et les aspirations du public.

Un rapport d’étape sur la mise en place du Fonds sera présenté aux Journées cinématographiques de Carthage (Tunisie) en octobre 2010.

Sandrine Bonnaire et Rithy Panh (François Vila) L’OIF était également présente sur la Croisette à travers son soutien au pavillon « Les Cinémas du Monde » : un espace de découverte et d’échanges autour de la diversité des cinématographies du Sud, placé sous le parrainage de l’actrice française Sandrine Bonnaire et du réalisateur cambodgien Rithy Panh.

Enfin, l’OIF a contribué au financement du film L’Homme qui crie, du cinéaste tchadien Mahamat-Saleh Haroun, qui s’est vu décerner le Prix du jury.


En savoir plus :
- Le communiqué de presse français | english | عربي
- Pavillon « Les cinémas du monde » : Les cinéastes invités | Le communiqué


Haut de page

COORDONNÉES


© 2013 Organisation internationale de la Francophonie
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer