Organisation internationale de la Francophonie

  • Lettre d’information
  • English

DISCOURS DE M. ABDOU DIOUF - BEYROUTH, 19 MARS 2009

Discours prononcé par le Secrétaire général de la Francophonie lors de la Cérémonie de distinction (Hôtel de ville de Beyrouth).

Recevoir de vos mains, Monsieur le Maire, les symboles de cette ville courageuse est un acte qui m’honore énormément. Je m’en réjouis d’autant plus que Beyrouth est une ville de diversité, si conforme au génie de la Francophonie. Elle est aussi un pont qui a toujours tenu entre les deux rives de la Méditerranée.

Un pont millénaire que la Francophonie également vous doit, inlassablement reconstruit et qui se reconstruit à nouveau, et auquel, à son tour, elle continue d’apporter sa contribution sous la forme d’un message de paix et de solidarité. C’est dans ces termes déjà que ses chefs d’Etat et de Gouvernement avaient pris leur opinion publique à témoin, ici à Beyrouth, en 2002, lors du 9ème Sommet, dans un grand rendez-vous inoubliable !

Car Beyrouth, grande capitale culturelle, capitale d’un Liban que nous souhaitons tous apaisé et uni, est des nôtres, ville sœur des villes de la Francophonie qu’elle a rejointes, avec Zahlé et Tripoli, au travers de l’Association internationale des Maires francophones.

Vice-présidente de l’AIMF à deux reprises, Beyrouth se souvient fort bien, j’imagine, qu’elle a reçu son Assemblée générale en 1998 et en 2002. Et je me réjouis beaucoup de voir l’AIMF toujours aussi active à Beyrouth, investissant notamment une mission de la Francophonie qui est essentielle, à savoir la formation des fonctionnaires municipaux.

Monsieur le Maire, ce n’est pas un quotidien francophone, qui a désigné, signe de renouveau, votre cité comme une des premières destinations à visiter en 2009. C’est un quotidien anglophone, le New York Times. Vous voyez que c’est un conseil que nous nous sommes empressés de suivre…

Et vous nous reverrez encore, tout au long de cette année, dès lors que l’UNESCO a désigné Beyrouth, capitale mondiale du livre en 2009. Mes vœux vous accompagnent pour le Salon annuel du livre francophone qui amènera l’Organisation internationale de la Francophonie à se manifester.

Ou encore pour les VIes Jeux de la Francophonie, dont les préparatifs vont bon train et qui, en septembre-octobre prochain, viendront encore renforcer, conformément à leur message de paix et de solidarité, les liens de la Francophonie avec la patrie d’un de ses pères fondateurs, le président Charles HELOU.

Sa vocation à occuper le terrain de la coopération la plus proche des hommes et des femmes, des citoyennes et des citoyens de tous ses Etats membres, n’est pas la moindre des injonctions qui animent l’esprit de la Francophonie internationale. Pour celle-ci, l’universel est dans l’humain et, dans l’universel, se retrouve le facteur humain de proximité.

Comme toute collectivité locale, il est normal que les autorités de votre belle ville, si riche de culture, si vive de son commerce, de son mouvement et de son appétit de vivre, souhaitent faire évoluer ses rapports avec l’Etat, alléger les procédures administratives, développer ses capacités liées à la coopération décentralisée.

Veuillez croire, Monsieur le Maire, que ce message a été entendu, non seulement des instances de l’AIMF, mais du Secrétaire général de la Francophonie lui-même, et que, durant toute la visite de travail qui m’amène dans votre pays, cette préoccupation sera également la mienne lors de mes entretiens avec les Autorités de votre pays.

Documents à télécharger

Haut de page

COORDONNÉES


© 2013 Organisation internationale de la Francophonie
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer