Organisation internationale de la Francophonie

  • Lettre d’information
  • English

DISCOURS DE M. CLÉMENT DUHAIME À FÈS, LE 02 OCTOBRE 2013

Lors de la clôture de la Conférence internationale pour le dialogue des cultures et des religions

Madame la Représentante du gouvernement marocain,
Monsieur le Président de l’Association Fès-Saïs,
Monsieur le Représentant du Directeur général de l’ISESCO,
Monsieur le Représentant de l’UNESCO,
Monsieur le Rapporteur général,

Nous voilà arrivés au terme de nos travaux après deux jours d’échanges particulièrement denses et riches autour de cette problématique inépuisable et combien actuelle du dialogue des cultures et des religions.

Une problématique dont nous avons entamé l’examen il y a quelques années déjà à Kairouan, autre lieu spirituel et culturel, et que nous avons cherché à approfondir davantage cette année, ici à Fès, avec vous.

Avec nos partenaires, nous avons voulu cette rencontre comme une nouvelle étape dans la mobilisation des acteurs concernés et de nos opinions publiques respectives, et ce, dans un contexte marqué, comme vous le savez, et comme nous l’avons entendu à plusieurs reprises au cours de ces deux derniers jours, par des crispations identitaires qui diabolisent l’autre et qui remettent en cause, froidement et parfois dans la violence, la diversité des cultures et la pluralité des religions.

Nous avons voulu cette rencontre comme une nouvelle étape dans la réflexion sur les contextes, les causes et les effets des situations que nous observons, des évolutions récentes enregistrées dans certaines régions de notre espace francophone et du monde, et des dangers qu’elles recèlent. Les témoignages poignants que nous avons entendus à cet égard ne nous laisseront pas indifférents.

Nous avons voulu cette rencontre comme une nouvelle étape orientée aussi vers l’action, comme une occasion pour tenter de dessiner ensemble des esquisses de contributions, des éléments de solutions que nous pourrions apporter, également ensemble, aux défis que nous avons identifiés.

Jean Louis ROY vient de nous présenter un rapport brillant sur nos travaux. Un rapport qui reflète l’étendue et l’acuité des défis que nous rencontrons, mais aussi le potentiel de ce que, individuellement et collectivement, nous pouvons tous apporter en transcendant nos différences et en nous rassemblant autour des valeurs communes, des valeurs universelles. En votre nom à tous, je voudrais le féliciter pour la qualité de ce rapport.

Vient également d’être adopté l’Appel de Fès. Il porte des constats, marque une volonté, appelle à la mobilisation de tous et ouvre la voie à une action concrète, dans une démarche pragmatique de mobilisation active de tous ceux qui, dans leurs domaines respectifs, peuvent et doivent contribuer à faciliter l’instauration ou la restauration d’un dialogue fécond et durable entre les cultures et les religions.

La Francophonie apportera sa contribution à l’édifice.

Pour notre part, en assurant que ces rencontres de Kairouan et de Fès seront poursuivies à l’avenir, à intervalles réguliers, avec l’appui de nos partenaires nous l’espérons, de manière à poursuivre et approfondir la réflexion sur cette problématique, mais aussi à continuer la mobilisation des principaux acteurs concernés.

Ensuite en relayant dans notre propre programmation et dans le déploiement de nos activités les principales recommandations retenues ici à Fès. Je pense notamment à ce que nous avons identifié comme action à entreprendre dans les secteurs fondamentaux de l’éducation, du développement culturel et, bien sûr, des médias.

Dans ces trois secteurs, une priorité sera accordée aux jeunes, et j’annonce, au nom du Secrétaire général, le Président Abdou DIOUF, que la plateforme d’échange que nous avons mise en place au profit des jeunes de l’espace francophone dans le cadre de la préparation de la conférence internationale qui nous réunit aujourd’hui, sera maintenue et pérennisée après la conférence, de sorte à pérenniser également notre dialogue avec les jeunes sur cette question si importante. Je saisis cette occasion pour remercier tous les jeunes qui, par leur participation à nos débats, par leur présence aussi, ont contribué au succès de cette rencontre.

Mesdames, Messieurs,

Je voudrais enfin, au nom de notre Secrétaire général, et en mon nom personnel, remercier chaleureusement chacune et chacun d’entre vous pour votre disponibilité et pour la qualité de vos contributions respectives à la richesse de nos débats et au succès de nos travaux. Hommes et femmes de foi, intellectuels, universitaires, représentants d’organisations internationales, représentants des médias, vous avez, chacun, apporté un témoignage, un regard, un éclairage, une analyse, voire des propositions qui font que, comme nous le souhaitions, la Conférence de Fès n’aura pas été une simple conférence de plus.

Je voudrais aussi, avec les mots les plus sincères d’appréciation et de reconnaissance, dire aux Autorités marocaines combien nous avons été honorés d’être reçus avec tant de marques d’amitié et de bienvenue. Nous y avons été tous sensibles et nous nous réjouissons d’avance du message de profonde reconnaissance que nous adresserons tout à l’heure à Sa Majesté, le Roi Mohamed VI.

Mes derniers mots s’adresseront à nos partenaires de l’ISESCO, co-organisateur de la rencontre et Organisation à laquelle nous sommes liés depuis plus de vingt ans par un partenariat riche et fécond et avec laquelle nous avons une vingtaine de pays membres en commun.

Merci à l’Association Fès-Saïs, pour son accueil et pour la part active qu’elle a pris dans la préparation et le déroulement de notre rencontre ainsi que dans la découverte de cette ville si inspirante. Elle contribue déjà grandement au dialogue des cultures et ce, de manière exemplaire.

Un mot enfin de reconnaissance à mon équipe de l’OIF qui a travaillé avec beaucoup d’engagement depuis plusieurs mois, en lien avec nos partenaires, pour la tenue et la réussite de cette rencontre. Je voudrais remercier chacune et chacun d’entre eux, et en particulier, la cheville ouvrière de cette Conférence, mon plus proche collaborateur, mon ami, mon frère, El Habib BENESSAHRAOUI.

Choukrane, et bon retour dans vos foyers.

Documents à télécharger

Haut de page

COORDONNÉES


© 2013 Organisation internationale de la Francophonie
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer