Organisation internationale de la Francophonie

  • English

L'OIF ENVOIE UNE MISSION D'OBSERVATION ÉLECTORALE À L'OCCASION DU PREMIER TOUR DE L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE EN MAURITANIE

Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, dépêche une mission politique en Mauritanie à la veille du premier tour de l’élection présidentielle, ainsi qu’une mission d’observation électorale à l’occasion de ce scrutin, prévu pour le 11 mars 2007. Dirigée par S.E. Monsieur Pierre Buyoya, ancien Président de la République du Burundi, elle est composée de onze personnalités de l’espace francophone qui séjourneront du 8 au 15 mars en Mauritanie.

Cette élection présidentielle constituera la dernière étape du calendrier électoral fixé par la transition ouverte en Mauritanie au lendemain des évènements du 3 août 2005, calendrier qui avait déjà enregistré une consultation référendaire, en juin 2006, autour d’une réforme de la constitution instituant un système d’alternance démocratique, ainsi que des élections législatives et municipales en novembre et décembre 2006, et sénatoriales en janvier 2007.

L’Organisation internationale de la Francophonie a déployé des missions d’observation électorale aussi bien lors du Référendum constitutionnel du 25 juin 2006 qu’à l’occasion des deux tours des élections législatives, tenus respectivement les 19 novembre et 3 décembre 2006.

Dans une démarche propre à conforter les initiatives nationales en vue de la tenue d’élections libres, fiables et transparentes, l’OIF a accompagné tout le processus électoral, notamment par l’envoi de missions d’observation. Elle a également accompagné l’ensemble du processus de transition, en étroite coordination avec les autres partenaires au développement de la Mauritanie, donnant suite, ainsi, à la recommandation formulée dans ce sens par le CPF, en octobre 2005, après que celui-ci ait levé la suspension de la coopération multilatérale francophone avec la Mauritanie, qu’il avait décrétée quelques semaines auparavant.

Le CPF s’était, en effet, réuni en session extraordinaire, le 23 août 2007, pour condamner le coup d’Etat du 3 août, et décider, conformément au chapitre V, alinéa 3 de la Déclaration de Bamako, la suspension provisoire de la coopération avec la Mauritanie, à l’exception des programmes bénéficiant directement aux populations civiles, et ceux susceptibles de concourir au rétablissement de la démocratie.

Pour mémoire, la levée des sanctions avait été recommandée par la mission d’information et de contact, dépêchée par le secrétaire général à Nouakchott à la demande du CPF, en vue de recueillir auprès de l’ensemble des acteurs et protagonistes mauritaniens leur appréciation de la situation et le degré de leur adhésion à la dynamique engagée dans le pays. La Mission devait également recueillir auprès des nouvelles autorités mauritaniennes des précisions concernant, d’abord, les modalités envisagées pour assurer le caractère consensuel de la gestion de la transition, selon un calendrier que le CPF a souhaité voir resserré, et, ensuite, les mesures envisagées en faveur du respect des droits des détenus et des réfugiés.
Suite à une mission d’expertise de haut niveau menée en décembre 2005, l’OIF a décidé d’appuyer plusieurs actions retenues au titre du pacte politique liant les autorités, la classe politique et la société civile mauritaniennes dans le cadre de la construction de l’avenir démocratique du pays.

La Francophonie a, ainsi, entrepris, à la demande des autorités mauritaniennes, trois études sur trois thèmes majeurs pour les scrutins prévus par le calendrier électoral, à savoir le financement des partis politiques, l’utilisation du bulletin unique et l’accès des femmes aux mandats et fonctions électifs.
(Consulter la totalité du communiqué de presse)

Documents à télécharger

Haut de page

COORDONNÉES


© 2013 Organisation internationale de la Francophonie