Organisation internationale de la Francophonie

  • Lettre d’information
  • English

LA DIVERSITÉ CULTURELLE « EN FRANÇAIS » À L'HONNEUR DANS LE MONDE LITTÉRAIRE

Arts et culture

La littérature francophone « en français » est particulièrement à l’honneur cette année avec les récipiendaires des prestigieux prix suédois, français mais aussi chinois. La diversité des écrivains francophones, la place qu’occupent leurs œuvres dans la littérature mondiale et les distinctions internationales qu’ils obtiennent sont la plus belle illustration de la richesse et de la vitalité de la langue française.

Le Prix Nobel de Littérature, attribué à Jean-Marie Gustave Le Clézio pour l’ensemble de son œuvre, consacre « l’écrivain de la rupture, de l’aventure poétique et de l’extase sensuelle, l’explorateur d’une humanité au-delà et en dessous de la civilisation régnante ». Membre du jury du Prix des cinq continents de la Francophonie* depuis sa création, Jean-Marie Gustave Le Clézio, auteur franco-mauricien, n’a jamais démenti son attachement à l’écriture en français, et a toujours démontré son intérêt pour le développement du secteur du livre dans les pays du Sud. En janvier 2008 à Pékin, il recevait, aux côtés de cinq autres écrivains étrangers, le prix du meilleur écrivain étranger 2006 par la maison d’édition chinoise Editions Littéraires du peuple.

Atiq Rahimi, 46 ans, écrivain et cinéaste franco-afghan, couronné du Prix Goncourt pour Syngué sabour. Pierre de patience (P.O.L) , utilise la langue française pour décrire la réalité oppressante de la société afghane et la conception de l’islam qui y prévaut. Ses quatre précédents livres étaient traduits du persan mais Syngué sabour. Pierre de patience est son premier écrit directement en français.

Le Prix Théophraste Renaudot a été décerné à l’écrivain guinéen Tierno Monénembo pour Le Roi de Kahel (Seuil, 2008) qui est l’auteur d’une dizaine de romans, dans lesquels il évoque notamment l’impuissance des intellectuels en Afrique et les difficultés de vie des africains en France. Ainsi, après avoir distingué en 2006 Alain Mabanckou, Prix des Cinq continents de la Francophonie 2005 pour Verre cassé (Seuil), le Renaudot rend une nouvelle fois hommage à la littérature africaine francophone.

Le Prix du roman France Télévisions est revenu à l’auteur franco-algérien, Yasmina Khadra pour Ce que le jour doit à la nuit (Julliard, 2008) . De son vrai nom Mohamed Moulessehoul, Yasmina Khadra a déjà publié des nouvelles et romans en Algérie. Officier dans l’armée algérienne jusqu’en 2000, il décide de se consacrer à sa vocation l’écriture, qu’il choisit de faire en français. Morituri (Gallimard, 1999) le révèle au grand public. Aujourd’hui écrivain internationalement reconnu, Yasmina Khadra est traduit en 33 langues.

Documents à télécharger

Haut de page

COORDONNÉES


© 2013 Organisation internationale de la Francophonie
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer