Organisation internationale de la Francophonie

  • Lettre d’information
  • English

LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES


La lutte contre les violences faites aux femmes reste une préoccupation majeure pour l’OIF. La violence à l’égard des femmes a été définie par l’Assemblée générale des Nations Unies comme « Tout acte portant un préjudice physique, sexuel ou psychologique, dans la sphère privée comme dans la sphère publique ». Les États et gouvernements membres de la Francophonie ont réitéré cette définition dans une Déclaration commune sur les violences faites aux femmes et aux filles en mars 2010, dans le cadre de la 54e session de la Commission de la Condition de la femme de l’ECOSOC pour l’examen et l’évaluation des quinze années de mise en œuvre de la plateforme d’action de Pékin.

En effet, en dépit des efforts considérables déployés par de nombreux pays du monde pour lutter contre la violence à l’égard des femmes, cette violation fondamentale des droits de la femme persiste. Plusieurs États enregistrent depuis 2005 une augmentation du nombre de cas signalés de violence à l’égard des femmes. Certains groupes de femmes, notamment les femmes autochtones, jeunes, rurales ou appartenant à une minorité ethnique, demeurent vulnérables à des formes particulièrement graves de violence.

Malgré la multiplication des initiatives entreprises dans toutes les régions du monde pour lutter contre la violence à l’égard des femmes, ces initiatives ne sont souvent pas complètes, cohérentes ou durables, et sont rarement bien coordonnées entre les secteurs pertinents. La pénurie de ressources requises pour mettre en œuvre les mesures existantes demeure un des obstacles majeurs dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Partout, la persistance d’attitudes et de comportements perpétuant les stéréotypes négatifs, les inégalités entre les sexes et la violence à l’égard des femmes, entrave considérablement la prévention et l’élimination du problème. De tels comportements sont souvent imputables au manque d’informations et d’instruction, notamment en zone rurale, et se traduisent souvent par la stigmatisation des victimes et des survivantes, notamment par leurs proches.

Les violences faites aux femmes constituent l’un des douze domaines d’intervention du programme d’action de Pékin. Depuis l’examen de la mise en œuvre du Programme d’action de Pékin en 2005, la question de la violence à l’égard des femmes figure parmi les grandes priorités des instances mondiales, régionales et nationales. Depuis 2000, date de la première Conférence des femmes de la Francophonie au Grand-duché du Luxembourg, la Francophonie se reconnaît une responsabilité dans la lutte contre les discriminations et les violences à l’égard des femmes dans tous les domaines relevant de sa compétence. Ainsi, entre 2000 et 2009, elle a soutenu et initié des projets dans plusieurs de ses pays membres, afin de sensibiliser et former des organisations de la société civile comme les institutions au plaidoyer sur la lutte contre la violence faite aux femmes, ainsi que pour accompagner les femmes et filles victimes de ces violences dans leur reconstruction et réhabilitation sociale.

Haut de page

COORDONNÉES


© 2013 Organisation internationale de la Francophonie
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer