Organisation internationale de la Francophonie

  • Lettre d’information
  • English

MUSIQUE : LE MALOYA RÉUNIONNAIS INSCRIT AU PATRIMOINE DE L'HUMANITÉ

Le Maloya, genre musical de l’île de la Réunion, a été inscrit par l’Unesco au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Une décision qui va permettre de valoriser une culture devenue inséparable de l’identité réunionnaise contemporaine. Depuis plusieurs années, la Francophonie a accompagné son développement à travers son programme d’aide à la promotion des artistes du Sud.

Avec l’inscription par l’Unesco, début octobre, du Maloya sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, on mesure les progrès accomplis dans la reconnaissance de la diversité des expressions culturelles.

A la fois musique (ternaire), chant et danse pratiqués à l’origine par les esclaves africains et malgaches des plantations de ce qu’on appelait alors l’Île Bourbon, le Maloya était encore interdit de cité il y a trente ans !

Autorisé en 1982, devenu depuis un marqueur de l’identité multiple de la Réunion, il acquiert aujourd’hui ses lettres de noblesse : une reconnaissance internationale qui permettra sa valorisation à travers la diffusion des œuvres et des artistes, le renforcement de la production des instruments traditionnels, le soutien aux travaux de recherche, la transmission dans les écoles…

Dans le cadre de son action en faveur de la promotion de la diversité culturelle, la Francophonie a accompagné ce mouvement à travers son Fonds d’aide à la circulation du spectacle vivant, qui permet la présence d’artistes du Sud dans les grands festivals internationaux.

De même, l’OIF fait partie des fondateurs et des soutiens du Prix Musiques de l’Océan indien, décerné tous les deux ans.

Enfin, l’OIF a édité, en collaboration avec le Conseil francophone de la chanson (CFC) et Radio France Internationale (RFI), plusieurs compilations destinées à promouvoir ces mêmes artistes dans les marchés de la musique. On y retrouve de grands noms de la musique réunionnaise : Danyèl Waro et son Maloya traditionnel, Davy Sicard, qui réinvente le style et nous fait vibrer, en créole, aux sons de son « Maloya Kabosé », ou encore Meddy Gerville et son jazz teinté de maloya, à moins que ce ne soit l’inverse...



Haut de page

COORDONNÉES


© 2013 Organisation internationale de la Francophonie
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer