Organisation internationale de la Francophonie

  • Lettre d’information
  • English

ADDIS-ABEBA : 11E ATELIER PANAFRICAIN SUR L'ACCÈS AUX RESSOURCES GÉNÉTIQUES

Un atelier panafricain sur l’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation (APA) s’est tenu à Addis-Abeba (Ethiopie), du 1er au 5 octobre.

JPEG - 62.6 ko

Organisée par l’Agence allemande de coopération internationale pour le développement (GIZ) avec l’appui de l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD), cette rencontre a réuni une soixantaine de participants, parmi lesquels des points focaux nationaux en charge de la question de l’APA ainsi que des référents et experts sur la biodiversité. Elle s’inscrit dans le cadre d’une initiative multi-bailleurs de fonds pour le renforcement des capacités, en lien avec la mise en œuvre du Protocole de Nagoya sur l’APA.

Les échanges ont porté sur les développements internationaux et régionaux les plus récents dans le domaine de l’APA*. En outre, les participants ont émis des recommandations afin de rendre plus efficaces les systèmes d’APA et se sont accordés sur la nécessité de renforcer la coordination à l’échelle nationale et continentale pour favoriser une meilleure compréhension de ces enjeux par les instances décisionnaires.

JPEG - 44.7 ko

Le Représentant permanent de l’OIF auprès de l’Union africaine, Boubacar Issa Abdourhamane, a salué la tenue de cette concertation autour de la question cruciale des ressources génétiques en raison de son caractère transversal et de son impact sur la biodiversité, la sécurité alimentaire et plus généralement sur le climat et l’environnement. A cet égard, les participants ont été encouragés à adopter une approche inclusive et à mener un plaidoyer auprès de leurs autorités respectives pour une intégration des Objectifs de développement durable des Nations unies (ODD) et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine dans la mise en œuvre du Protocole de Nagoya, tout en prenant en compte l’Accord de Paris sur le climat.

En conclusion, M. Abdourhamane a insisté sur l’importance de décloisonner ces discussions à l’horizon des négociations prévues en novembre 2018 à Charm El Cheikh, lors de la 3e Réunion des Parties au Protocole de Nagoya, et rappelé l’importance de l’échéance de la 15e Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique qui se tiendra en 2020 à Beijing (Chine).



* les résultats du Groupe spécial d’experts techniques (GSET) sur les informations de séquences numérisées, de l’Organe subsidiaire chargé de fournir des avis scientifiques, techniques et technologiques (SBSTTA 22) et de l’Organe subsidiaire de mise en œuvre (SBI 2).

Haut de page

COORDONNÉES


© 2013 Organisation internationale de la Francophonie
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer