Organisation internationale de la Francophonie

  • Lettre d’information
  • English

DISCOURS D'ADAMA OUANE À TUNIS, LE 22 NOVEMBRE 2018

A la remise du Prix Ibn Khaldoun Senghor 2018

Seul le texte prononcé fait foi

Monsieur le Directeur général de l’ALECSO,
cher Saoud Hilal Al-Harbi
Mesdames et Messieurs les Représentants d’Etat et de gouvernement
Monsieur le Président du jury, cher Mohamed Mahjoub,
Mesdames et Messieurs les membres du Jury,
Distingués invités en vos titres et qualités,

Je tiens tout d’abord, au nom de Son Excellence Madame Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie, à exprimer toute ma gratitude à nos partenaires de l’ALECSO, l’Organisation arabe pour la Culture, l’Education et les Sciences, qui nous accueille ici aujourd’hui pour célébrer la diversité linguistique et le dialogue des cultures.

Je voudrais, Monsieur le Directeur général de l’ALECSO, cher Saoud Hilal Al-Harbi, réitérer mes plus vifs remerciements pour votre engagement qui permet à nos deux institutions de pérenniser cette coopération fructueuse et durable, qui fête désormais ses 11 ans.

Nous apprécions beaucoup la qualité de ce partenariat qui nous permet d’œuvrer ensemble au nom de nos valeurs partagées, en particulier la diversité et la solidarité au service de nos pays membres.

Permettez-moi donc de remercier toutes les personnalités ici réunies qui témoignent, par leur présence, de leur attachement au dialogue fertile entre l’OIF et l’ALECSO, par le biais du Prix de la traduction Ibn Khaldoun – Léopold Sédar Senghor.

Je suis heureux et honoré d’être ici, en Tunisie, patrie de Habib Bourguiba, un des pères fondateurs de la Francophonie institutionnelle et pays hôte du XVIIIème Sommet de 2020. La Tunisie saura accueillir avec « toute son hospitalité et toute son amitié », pour reprendre les propos du Président Béji Caïd Essebsi, ce grand temps de la famille francophone, tout comme le futur Bureau régional de l’OIF pour l’Afrique du Nord, qui sera installé à Tunis, à partir de 2019.

C’est l’une des décisions importantes prises par nos instances au dernier Sommet à Erevan, elle témoigne de notre engagement commun, de la Francophonie et de la Tunisie, avec cette belle région et pour son rayonnement.

Comme vous le savez, la Francophonie, organisation présente sur les cinq continents, avec en partage une langue, le français, compte parmi ses membres de nombreux pays arabes, ce qui explique la collaboration intense qu’elle déploie avec plusieurs organisations internationales, dont l’ALECSO.

Dans un monde où le repli sur soi, les préjugés, l’incompréhension de l’autre génèrent des situations mortifères qui occupent cruellement le devant de la scène internationale, dans un monde où l’on voit des montées de populisme, de nationalisme exacerbé et d’extrêmisme qui mettent en danger le vivre-ensemble, des organisations comme les nôtres ont, plus que jamais, le devoir d’encourager la circulation des savoirs, de favoriser la diffusion de la connaissance et de contribuer ainsi au dialogue des cultures.

C’est dans cette perspective de dialogue qu’en septembre dernier s’est tenue à Fès, au Maroc, la deuxième édition de la Conférence internationale sur le dialogue des cultures et des religions, organisée par le Royaume du Maroc à son initiative, en partenariat avec l’ISESCO et l’OIF.

Cette conférence a permis un cadre de réflexion et d’actions autour du dialogue interculturel et interreligieux, à travers le prisme de l’altérité, dans l’optique de mieux prévenir et lutter notamment contre l’extrémisme sous toutes ses formes, la radicalisation ainsi que les dérives du repli identitaire et le fondamentalisme.

En cela, nous savons compter aussi sur la détermination de la Tunisie et de ses plus hautes autorités, sa société civile également, qui prennent à bras le corps ces problématiques avec beaucoup de courage et d’exemplarité.

Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

Le français, tel qu’il est promu en Francophonie, met donc en dialogue nos diversités et leur permet de se féconder mutuellement.

Langue vivante, le français est le médium qui donne accès à des cultures et des valeurs portées par d’autres langues ; elle crée du lien et c’est là que réside la richesse du projet francophone : avoir une langue en partage, c’est d’une part partager la culture et les valeurs véhiculées par cette langue et d’autre part, rendre accessible et mettre en dialogue la pluralité des cultures et des valeurs portées par les différentes langues partenaires.

La sensibilisation des Etats et des gouvernements doit se poursuivre pour susciter une réelle volonté des décideurs à s’engager résolument vers la mise en œuvre concrète des déclarations d’intention en matière de promotion du plurilinguisme.

Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

A travers ce Prix de traduction, nous avons souhaité appuyer la connaissance mutuelle et l’enrichissement réciproque des cultures arabophones et francophones. Nous avons également voulu stimuler l’intérêt pour la lecture d’ouvrages publiés dans l’autre langue et ainsi encourager les éditeurs et les centres de traduction à rendre des œuvres, plus accessibles dans la langue de l’autre.

A partir de l’édition 2018, outre les sciences humaines, domaine exclusif du Prix jusqu’à présent, une ouverture a été opérée permettant d’accepter au concours des œuvres de fiction de grande valeur littéraire, quel que soit leur genre.

Cette ouverture a permis cette année une participation importante d’ouvrages d’une grande qualité littéraire - où le roman constitue, sans surprise, le genre littéraire privilégié - et soumises par des maisons d’édition prestigieuses.

Comme vous le savez, la traduction, que l’académicienne française Barbara Cassin appelle si justement « un savoir faire avec les différences », est le lieu même d’un dialogue fécond entre les langues et les cultures, le lieu par excellence d’une rencontre avec l’altérité. Elle constitue ainsi un vecteur fondamental du dialogue des cultures et représente un outil d’échange et de médiation des savoirs et des idées.

C’est cet engagement en faveur de la circulation des savoirs et des imaginaires que l’OIF et l’ALECSO ont voulu saluer, en décernant à Monsieur Mohamed Elkadhi le prix Ibn Khaldoun – Senghor 2018 pour la traduction collective de l’ouvrage en sciences humaines Le Narrateur, Introduction à la théorie narrative de Sylvie Patron.

Une mention spéciale est également octroyée à Madame Rania Samara pour sa traduction de l’arabe vers de français du roman d’Elias Khoury Les enfants du ghetto. Je m’appelle Adam, parue en 2017 chez Actes Sud.

Monsieur Mohamed Elkadhi, Madame Rania Samara, je vous adresse mes félicitations les plus chaleureuses pour votre immense travail à la fois méthodique et remarquable, précise et créative. Vous faites partie de ces passeurs et médiateurs indispensables au décloisonnement des savoirs et des cultures et au-delà de votre travail de traduction à proprement parler, c’est toute cette foi inébranlable que nous avons perçue en vous. Bravo et merci !

Pour terminer mon propos, je tiens ici à saluer et les éminentes personnalités qui composent le Jury du Prix, à commencer par son président, M. Mohamed Mahjoub de Tunisie, Mme Fayza El Qasem de France, Mme Zahida Darwiche-Jabbour et M. Bassam Baraké du Liban, M. Bensalem Himmich du Maroc et M. Rawane Mbaye du Sénégal.

Je leur exprime mes sincères remerciements pour leur choix, pour leur intarissable engagement, francophone et arabophone, et pour la qualité du travail qu’ils accomplissent à chaque édition du prix avec un enthousiasme et une énergie sans faille.

Mesdames et Messieurs,

C’est par le biais de la promotion et le renforcement de la diversité linguistique, de l’interculturel, du vivre-ensemble et de l’éducation que nous bâtirons des sociétés plus ouvertes, plus tolérantes, plus justes et plus pacifiques ; ce sont des briques indispensables pour construire efficacement et durablement l’avenir.

Je vous remercie de votre attention.
Haut de page

COORDONNÉES


© 2013 Organisation internationale de la Francophonie
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer