Organisation internationale de la Francophonie

  • Lettre d’information
  • English

DISCOURS DE MICHAËLLE JEAN À COTONOU

Lors de la signature de l’accord cadre « Libres-ensemble » au Bénin

Seul le texte prononcé fait foi

Excellence, Monsieur le Président de la République,
Monsieur le ministre des Affaires étrangères,
Messieurs les Ministres,
Mesdames, Messieurs,

Ces premières heures de ma visite au Bénin sont déjà marquées par des actes forts. Après l’entretien particulièrement fructueux que nous avons eu, Monsieur le Président de la République, voici cet autre temps des plus stimulants qu’est la signature, entre le Bénin et l’Organisation internationale de la Francophonie, l’OIF, de l’Accord-cadre « Libres ensemble » .

Le Bénin fait, une fois encore, figure de précurseur, puisqu’il est le premier État à s’approprier sur le plan national pour en faire une composante à part entière de sa politique jeunesse, la mise en œuvre de l’initiative « Libres ensemble », cette initiative authentiquement construite avec les jeunes de tout l’espace francophone, pour réaffirmer, sans cesse, dans l’action et le dialogue, qu’ils ont la force du nombre, qu’ils sont des centaines de millions à vouloir que la vie triomphe, face à tous ceux qui propagent la violence et incitent à la haine de l’autre dans sa différence.

« Libres ensemble », lancé en mars 2016, est vite devenu un vaste mouvement international, qui crée entre des jeunes de tous les horizons et des cinq continents des liens, des projets, des activités citoyennes, des maillages motivés par un grand désir d’entreprendre, d’innover, d’agir ensemble et d’être des passeurs de changement. Tout le contraire de l’embrigadement pour détruire et mourir.

Je sais que la jeunesse béninoise portera haut et fort le flambeau de cet humanisme intégral qui fonde la Francophonie.

Monsieur le Président, cet accord est hautement symbolique parce que vous envoyez à travers lui un signal d’écoute très fort à la jeunesse du Bénin et, plus largement, à la jeunesse de tout l’espace francophone.

Vous témoignez de votre volonté et de celle de votre gouvernement, de travailler encore plus avec les jeunes, de façon inclusive et participative. Et je forme le vœu que le signal que vous envoyez aujourd’hui fasse écho dans toute la sous-région et au-delà.

Il faut investir dans ce capital humain, dans la créativité, la pluralité, l’audace, des jeunes, leur attachement à la diversité et à la solidarité.

« Libres ensemble », traduit la volonté de toute une jeunesse de se dresser, de toute la force de ses valeurs et de ses convictions, contre le repli sur soi.

Très vite des dizaines de milliers de jeunes se sont emparés de cette initiative sur les 5 continents au point qu’ils la transforment, jour après jour, en un mouvement citoyen transnational.

Aujourd’hui, ils franchissent encore un pas et nous demandent d’ouvrir des espaces de discussion et de socialisation sur tous les grands sujets de société, ils nous demandent de les aider à faire tomber toutes les formes d’oppression, toutes les négations des droits humains.

Ils le font avec un sens aigu des responsabilités, un esprit pacifique, un appétit novateur et bâtisseur. Nous devons donc accueillir et accompagner sans réserves et en toute confiance, cette « Génération Libres ensemble », qui n’aspire qu’à prendre son destin en main, avec notre appui.

Ensemble, nous allons donc l’accompagner en formant des « émissaires Libres ensemble », véritables Ambassadeurs de paix que nous dépêcherons dans tout le pays, au plus proche des familles et des communautés, à l’instar des premières initiatives prises en Côte d’Ivoire pendant les jeux de la Francophonie, et au Togo.

Nous ouvrirons des espaces de dialogue et de socialisation. Nous organiserons des événements, des temps de rencontres et soutiendrons les projets dans le cadre de l’incubateur « Libres ensemble » récemment mis en place à Lomé, au Togo, par notre Bureau régional dont je remercie ici le Directeur, M. Eric Adja.

Nous créerons un label « Libres ensemble » pour engager, à nos côtés, les associations, les collectivités locales et les institutions assumant et développant sur le terrain l’esprit, l’approche et les valeurs promues par le mouvement « Libres ensemble ».

Ce faisant, nous donnons corps à l’exigence d’inclusion politique et sociale des jeunes, formulée à plusieurs reprises par nos Etats et gouvernement depuis le Sommet de Dakar dont je veux rappeler ici le thème, les jeunes, les femmes, vecteurs de paix, acteurs de développement.

Notre responsabilité est de donner aux jeunes les moyens de faire émerger un monde plus juste, plus pacifique, plus solidaire.

Je vous remercie.
Haut de page

COORDONNÉES


© 2013 Organisation internationale de la Francophonie
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer