Organisation internationale de la Francophonie

  • Lettre d’information
  • English

DISCOURS DE MICHAËLLE JEAN À PARIS, LE 10 MARS 2016

Lancement de l’initiative « Libres ensemble »

Seul le texte prononcé fait foi

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,
Mesdames et Messieurs les Représentantes et Représentants personnels,
Monsieur l’Administrateur,
Mesdames et Messieurs les responsables, représentantes et représentants de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, des opérateurs, et de la Conférence des OING,
Mesdames et Messieurs les représentantes et représentants des médias,
Chers jeunes partenaires,
Chers amis,

Enfin ! Le moment tant attendu de lancer cette initiative qui nous tient tant à cœur est enfin venu.

Une initiative inédite qui en surprendra sans doute certains, tant il est vrai que la Francophonie, à travers cette campagne, sort des sentiers battus et connus.

Cette initiative, nous y travaillons avec ferveur depuis des mois, comme un SOS, une bouteille que l’on lance à la mer, avec un profond sentiment d’urgence, celui de résister, de mener un combat au nom de la vie, alors que tout se déchaîne autour de nous et que l’horreur et la cruauté nous frappent partout.

Nous sommes allés et nous continuons d’aller de deuil en deuil dans nos pays de l’espace francophone. Nous qui sommes à Paris avons ressenti durement les chocs subis, des proches de certains d’entre nous dans cette salle sont au nombre des victimes des derniers attentats. Alors même que la vie semble reprendre son cours, le traumatisme demeure. Nous savons que plus rien ne sera jamais comme avant. Ce traumatisme va pour nous, dans cette maison, au-delà des événements tragiques vécus ici. Nous sommes aussi du Liban, du Mali, du Burkina Faso, de la Tunisie, du Tchad, du Cameroun, du Niger, du Canada, du Québec, de la Belgique, de la Suisse, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal... Partout une lourde inquiétude, partout les cœurs et les esprits ont été durement éprouvés par les exactions de cette nébuleuse de la haine qui se décline sous plusieurs noms, ces forces insensées de destruction qui n’ont d’autre but que de diviser, déstabiliser, affaiblir, miner toute cohésion, s’attaquer aux institutions, aux valeurs universelles et aux libertés qui nous sont si chères et qui irriguent la vie.

Leur but ultime, est que la peur règne, que nous nous sentions débordés, submergés, impuissants.

Nous voyons aussi monter, dangereusement, les mouvements extrémistes, le repli sur soi, le soupçon, le rejet de l’autre dans sa différence. Les préjugés ont la vie dure, ils reprennent vite le dessus dans les périodes de turbulences et de crise.

Nous voyons comment des jeunes, dans tous nos pays, sont entrainés sur des terrains des plus dangereux, happés par des discours mortifères qui les radicalisent, embrigadés vers des actions irréparables, tuer et mourir pour rien.

Voilà pour la face sombre.

Ils proposent à des jeunes de casser et de détruire le monde. Eh bien nous, de la Francophonie, proposons à la jeunesse de redessiner ce monde à l’image de leurs rêves, de leurs idéaux et des leurs aspirations.

Ils promettent aux jeunes de réussir leur mort. Eh bien, nous, de la Francophonie proposons à la jeunesse de réussir sa vie, de tout faire pour que la vie triomphe.
Nous avons donc décidé d’ouvrir un vaste espace de parole, de paroles et d’actions vigoureuses portées par ces millions de jeunes, dans tous les pays de l’espace francophone, sur les 5 continents, qui n’ont d’autre aspiration que d’être libres !

Libres, face au spectre de l’horreur et de la terreur. Libres, de s’épanouir chaque jour. Libres, dans leur allégresse, leur fureur de vivre et leur créativité. Libres dans leur capacité d’innover, leur audace d’inventer. Libres, d’interpeller et de questionner. Libres, de se rassembler, de réclamer le respect des droits et de participer à l’exercice démocratique. Libres, d’engager des actions citoyennes, des initiatives constructives, solidaires, fraternelles. Libres, dans tous leurs modes d’expression.

C’est cette force vive et lumineuse que nous voulons mettre en relief. Nous aurions tort de nous en détourner, de la banaliser. L’avenir du monde en dépend.
L’aspiration profonde est de vivre LIBRES ENSEMBLE.

L’appel est bien lancé et déjà des témoignages ont été recueillis à Dakar, Montréal, Bruxelles, Paris, Marseille, Casablanca. Une symphonie réjouissante de voix, de réactions, de déclarations, venant de jeunes et de moins jeunes, d’horizons différents : des poètes urbains ont voulu le dire en slam, d’autres en rap, des sportifs ont exprimé leur sentiment, chacune et chacun à sa façon. Avec beaucoup de joie, de spontanéité et de conviction.

C’est une vraie fête avec le pouvoir des mots. Parce que dire c’est déjà agir. Dire et répondre, c’est entamer le dialogue, c’est se dépasser avec l’autre et grâce à l’autre, pour mieux se retrouver.

L’initiative que nous lançons aujourd’hui n’est déjà plus une initiative institutionnelle, mais une initiative de la jeunesse pour la jeunesse. Elle se l’est entièrement appropriée, et c’est tant mieux !

Quelques-uns des témoignages, il y en a eu beaucoup, sont consignés dans un clip qui, en quelques minutes, ouvre à nos yeux tous ces espaces vivants de la Francophonie, espaces de rencontres et de liens. Tous les témoignages recueillis, au-delà du clip, seront versés sur la plateforme créée à cette occasion, ils en appelleront d’autres et le flot, je n’en doute pas, sera continu.

Et je veux remercier, toutes celles et tous ceux qui ont ouvert la voie, la première vague. Les slameurs, les rapeurs, Sinatou SAKA, Thuong HAOAÏ, Fatih NIANG, Les POKEMON CREW, tous les artistes, les connus et les inconnus, les responsables et les jeunes de la Maison de la culture et de la cohésion sociale de Molenbeeck à Bruxelles, dont certains sont présents ici ce soir.

J’ai peur, en voulant les citer tous et toutes, d’en oublier. Je prends le risque néanmoins, tout en vous demandant de lever bien haut le bras.

Merci à vous, Moussier TOMBOLA, James GERMAIN, LIQID, Penda DIOUF, Saïd OUJDI, Pascal GENTIL, DANDYGUEL, Merci Manu DIBANGO, Christian ABÉGAN, Aya CISSOKO, ZAC, Darline DESCA, BÉLO, d’être à nos côtés aujourd’hui !

J’ai également une pensée affectueuse pour toutes celles et tous ceux qui ont pris une part active à cette campagne, mais qui n’ont pu être parmi nous ce soir : Lambert WILSON, Lilian THURAM, Nikos ALIAGAS, Nicolas CANTELOUP, Élisabeth TCHOUNGUI, Tiken JAH FAKOLY, Didier AWADI, YAO et tant d’autres.

Je n’oublie pas, bien sûr, la Société Kabo qui nous a accompagnés et le réalisateur du clip, Antoine SMITH, dont je salue le talent ; il vous dira comment il s’est lancé corps et âme dans cette belle aventure.

Alors, je vous demande, sans attendre, de les applaudir à tout rompre.

Ce cri de ralliement « Libres, ensemble » résonnera dans tout l’espace francophone, sur les réseaux sociaux, dans les médias, en partenariat avec TV5 Monde, merci cher Yves Bigot, RFI, France 24 et Monte Carlo Doualiya. Merci Bruno LAPORTE qui représentez ce soir France Médias Monde.

De ces rencontres, est née aussi, je le disais tout à l’heure, une plateforme www.libresensemble.com que nous mettons aujourd’hui à disposition de tous les jeunes de la Francophonie pour qu’ils saturent l’espace numérique de messages positifs, rassembleurs et stimulants.

Sur cette plate-forme la possibilité leur est donnée de présenter et proposer des projets, des initiatives, de bâtir des passerelles, de créer des maillages et de réseauter. De là naîtront aussi quantité d’activités que nous accompagnerons. Merci Farib ARAB d’en être le modérateur.

Cette campagne, nous avons l’ambition de la faire essaimer dans le temps, au plus près des populations, des écoliers, des jeunes, en accompagnant des projets dans les associations, les établissements scolaires et universitaires, les complexes sportifs, les lieux culturels et dans d’autres enceintes encore, pour vivre concrètement, au-delà des mots, si puissants soient-ils, ce lien qui nous unit par-delà toutes nos différences.

Et j’espère bien, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et les Représentants personnels des chefs d’État et de gouvernement, qu’avec votre appui, votre relais, ils seront des millions de jeunes à se rejoindre par-delà les frontières, de Gao à Bucarest, de N’Djamena à Tunis, D’Antananarivo à Québec, de Paris à Hanoï, de Fès à Kinshassa.

Alors, merci encore d’être venus si nombreuses et si nombreux ce soir. Et je vous invite, maintenant, à découvrir le clip de lancement réalisé par Antoine SMITH.

Documents à télécharger

Haut de page

COORDONNÉES


© 2013 Organisation internationale de la Francophonie
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer