Organisation internationale de la Francophonie

  • Lettre d’information
  • English

PRÉSENTATION

Les Groupes d’Ambassadeurs francophones réunissent les représentants et délégués d’États et de gouvernements généralement membres ou observateurs de l’OIF (mais pas toujours), accrédités auprès d’un État ou d’une organisation internationale. Ils peuvent avoir un fonctionnement formel (statut, présidence, secrétariat, groupes de travail…) ou se constituer ponctuellement à l’occasion d’un évènement (comme les Jeux olympiques) ou d’une manifestation culturelle (comme la Journée internationale de la Francophonie).

En tant que regroupements de diplomates, ces Groupes se révèlent de précieux relais pour l’action de la Francophonie, notamment parce qu’ils sont des acteurs privilégiés de la mobilisation pour le multilinguisme. C’est la raison pour laquelle les chefs d’État et de gouvernement avaient, lors du XIIIe Sommet de la Francophonie (Montreux, 2010), encouragé leur développement, tout en les appelant à « coopérer avec des institutions et des acteurs qui partagent les objectifs de la Francophonie ».

Sous l’impulsion donnée à Montreux, le phénomène a pris de l’ampleur et, ces quatre dernières années, de nombreux Groupes se sont formés à travers le monde, les trois derniers ayant été constitués en 2014 : en février, en Irlande et en France [1], et en mars, en Pologne. Même si « l’enthousiasme » initial d’un petit nombre d’entre eux n’a pas été suivi d’effet, la plupart des Groupes sont très actifs et leurs actions ont déjà produit des résultats tangibles.

La Direction de la langue française et de la diversité linguistique, à travers l’Observatoire de la langue française, a réalisé, avec l’appui précieux du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international français, un recensement des groupes existants afin d’établir une « cartographie », répondant ainsi à une demande du Groupe de travail sur le français dans la vie internationale [2] .

Par ailleurs, grâce, notamment, au concours des Unités hors siège de l’OIF et des postes diplomatiques français un questionnaire a été complété par chaque Groupe d’ambassadeur francophone recensé.

Ainsi, l’Observatoire a comptabilisé 48 Groupes d’ambassadeurs francophones [3] répartis sur les cinq continents. Si leurs activités diffèrent sensiblement en fonction de l’accréditation de leurs membres (auprès d’une Organisation internationale ou d’un État), ces Groupes francophones sont avant tout des lieux de débat et de concertation, et jouent un rôle majeur dans la diffusion des positions et valeurs francophones.

Classification

On peut distinguer deux types de Groupes d’ambassadeurs francophones selon l’accréditation de leurs membres : les Groupes dont les membres sont accrédités auprès d’une organisation internationale ou régionale, au nombre de neuf (auprès de l’UE, de l’UNESCO, des Nations unies à Genève, New-York et Vienne, du Conseil de l’Europe et de l’OSCE et auprès de l’UA et de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique, à Addis-Abeba) et ceux dont les membres sont accrédités auprès d’un État (37 groupes).

Les premiers ont tous décidé de consacrer un volet de leurs échanges aux questions relatives au respect du régime linguistique des organisations concernées et au multilinguisme en général et ils s’efforcent de contribuer de manière active à l’usage de la langue française dans ces organisations. Certains, comme celui qui opère auprès de l’ONU-Genève ont même créé un groupe de travail consacré à cette question. Au sein du Groupe francophone auprès de l’ONU-New York, le Réseau de veille « Multilinguisme et renforcement du fait francophone » joue un rôle majeur dans l’adoption de la résolution de l’Assemblée générale de l’ONU sur le multilinguisme.

Toutefois, les réunions de ces Groupes d’ambassadeurs francophones sont essentiellement l’occasion de s’informer mutuellement et, si possible, de se concerter sur les points qui figurent dans l’agenda des organisations. Un exemple célèbre de concertation francophone est celle menée au sein du Groupe francophone auprès de l’UNESCO dans le cadre de la négociation sur la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles en 2004-2005.

Les seconds (auprès d’un État) inscrivent plutôt leurs activités dans le calendrier régional ou national et ont souvent un caractère plus culturel que politique.

Pour tous, les actions mises en place visent à mettre en évidence la diversité de la Francophonie et à valoriser l’espace culturel, économique et politique francophone, car l’objectif majeur demeure la promotion des valeurs de la Francophonie.

JPEG - 28.4 ko

Appelation

L’appellation la plus souvent employée (32 sur 43) est « Groupe des ambassadeurs francophones » mais on trouve également d’autres formulations telles que :

  • le « Conseil de la promotion de la Francophonie » au Japon ;
  • les « Groupes des amis de la Francophonie » en Hongrie et au Sénégal ;
  • le « Cercle des ambassadeurs francophones et francophiles à Pékin », en Chine ;
  • le « Groupe consultatif des ambassadeurs francophones » en Éthiopie ;
  • le « Groupe des chefs de mission francophones » au Canada (Ottawa) ;
  • le « Groupe de la Francophonie » au Guatemala et au Brésil ;
  • le « Groupe des ambassades, délégations et institutions francophones » en Roumanie (Bucarest), en Pologne et au Vietnam ;
  • le « Groupe francophone auprès de l’UNESCO » ;
  • le « Groupe des consuls francophones » au Québec (Montréal).

Groupes formels /Groupes informels

Il existe 14 groupes que l’on peut qualifier de formels, c’est-à-dire disposant d’un texte fondateur, une charte et/ou un règlement intérieur :

  • Les Groupes des ambassadeurs francophones du Burkina Faso, de France, à Genève, de Serbie et Nations Unies à New York ;
  • Le Groupe consultatif des ambassadeurs francophones à Addis-Abeba ;
  • Le Groupe des ambassadeurs francophones à Bruxelles ;
  • Le Groupe des amis de la Francophonie à Budapest ;
  • Le Conseil de promotion de la Francophonie au Japon ;
  • Le Groupe des ambassades, délégations et institutions francophones (GADIF) de Varsovie et au Vietnam ;
  • Le Groupe des amis de la Francophonie à Dakar ;
  • Le Groupe de la Francophonie (Brésil) ;
  • Le Groupe francophone auprès de l’UNESCO.

Les 32 autres groupes ont un statut informel.

Quelques premiers éléments d’analyse et pistes d’action

Les Groupes d’ambassadeurs francophones ne sont présents que dans 9 organisations alors même que :

-  Depuis la création des Nations unies, le français est à la fois langue officielle et langue de travail des principaux organes de l’ONU et de toutes les commissions régionales et institutions spécialisées du système onusien, à l’exception de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international,

-  Dans les organisations régionales extérieures au système des Nations unies, le français occupe - juridiquement - une place non négligeable puisqu’il est langue officielle de :

• Quatre organisations interaméricaines sur sept :

  • la Banque interaméricaine de développement (BID) ;
  • la Confédération parlementaire des Amériques (COPA) ;
  • le Forum interparlementaire des Amériques (FIPA) ;
  • l’Organisation des Etats américains (OEA).

• Trois organisations régionales des Amériques :

  • l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) ;
  • l’Association des Etats de la Caraïbe (AEC) ;
  • la Communauté caribéenne (CARICOM).

• La quasi-totalité des organisations régionales africaines :

  • la Banque africaine de développement (BAD) ;
  • la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ;
  • la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC)
  • la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD)
  • le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA)
  • l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD)
  • la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC)
  • le Secrétariat du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP)
  • le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR)
  • l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA)

[1] Il s’agit du Groupe des ambassadeurs francophones de France
[2] 24ème réunion du 9 octobre 2013
[3] Recensement effectué en juin 2014

Haut de page

COORDONNÉES


© 2013 Organisation internationale de la Francophonie
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer