Organisation internationale de la Francophonie

  • Lettre d’information
  • English

OIF / BRUXELLES : "POLITIQUE MIGRATOIRE DE L'UE ET AIDE AU DEVELOPPEMENT EN FAVEUR DE L'AFRIQUE PEUVENT-ELLES CONVERGER ?"

A l’initiative de la Représentation permanente de l’OIF auprès de l’Union européenne, un débat était organisé, le 28 février 2018, au cœur du quartier européen sur la thématique : « Politique migratoire de l’Union européenne et Aide au Développement en faveur de l’Afrique : peuvent-elles converger ? ».

JPEG - 34.1 ko

Modéré par le journaliste Hughes Belin, ce débat, ouvert au public, a réuni plus de 150 personnes, institutionnels de la Commission européenne et du Parlement européen, diplomates, représentants de la société civile, étudiants et chercheurs, et citoyens européens.

Le Représentant permanent de l’OIF à Bruxelles, l’Ambassadeur Stéphane Lopez a ouvert l’évènement par un discours dans lequel il a rappelé que l’OIF était pleinement légitime à se préoccuper de ces problématiques, comptant en son sein des pays d’origine, de transit, de séjour et d’accueil des migrants. Il a mentionné l’engagement de la Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Michaëlle Jean, en matière de plaidoyers pour un traitement humaniste de la question migratoire et la nécessité de s’interroger sur l’efficacité de la gestion des crises par des voies militaires, sur les liens entre migration et bonne gouvernance, sur le bilan des politiques d’intégration des migrants dans les pays Ouest-européens depuis cinquante ans, sur les origines de la montée des populismes en Europe et sur les moyens de les contrecarrer, et finalement sur les inflexions à porter aux politiques bilatérales et multilatérales d’aide au développement.

JPEG - 39.9 ko

Analysant l’efficacité de l’aide au développement européenne et les préoccupations sécuritaires de certains Etats européens, les panélistes* se sont demandés dans quelle mesure les fonds dédiés ne risquaient pas d’être orientés vers le contrôle des frontières et la gestion des migrants (camps, Hot spots, rapatriement), plutôt que vers la fixation des candidats dans leur pays d’origine par le renforcement de l’éducation et de l’entreprenariat, toutes dimensions de forte mobilisation de l’OIF au travers de son Institut de la Francophonie pour l’Education et la Formation (IFEF) et de sa Direction de la Francophonie économique et numérique, programme « Entreprenariat des jeunes et des femmes ».

Des débats contradictoires souvent vifs entre panélistes et avec la salle ont montré la sensibilité de cette problématique, mais aussi l’engagement des uns et des autres, autour de la solidarité à avoir avec les Etats d’origine et de transit des migrants, et vis-à-vis de ces derniers eux-mêmes, dont il a été rappelé qu’ils étaient des hommes, des femmes et des enfants, avant que d’être des statuts administratifs de mobilité sous motivations politiques, économiques ou climatiques.

L’Ambassadeur de l’OIF a rappelé l’exposition plaidoyer organisée à Bruxelles d’avril à juillet 2017, au Palais des Beaux-Arts, en partenariat avec l’AFP, sous le haut patronage de la Présidence maltaise du Conseil de l’Union européenne, et annoncé la perspective de son accrochage au Conseil de l’Europe (Strasbourg), à l’occasion de l’Assemblée parlementaire de juin 2018.


* les Députés européens Charles Geoerens et Marie-Christine Vergiat, le Haut fonctionnaire de la Commission européenne Stefano Signore, la Cheffe du Département Coopération et Développement de la Représentation permanente allemande, Dorothee Starck, et Arnaud Zacharie, Secrétaire général du CNCD-11.11.11., Coordination des structures de la société civile versées dans l’aide au développement

Haut de page

COORDONNÉES


© 2013 Organisation internationale de la Francophonie
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.     En savoir plus...Fermer