Face aux enjeux mondiaux

c

Dans un contexte mondial marqué par le bouleversement des grands équilibres géopolitiques, la résurgence des nationalismes et une tendance à l’unilatéralisme, les déclarations, résolutions et feuilles de route adoptées par les chefs d’État et de gouvernement réaffirment que la Francophonie fait primer le droit, la coopération, la solidarité.

 

Défendre les intérêts des pays membres de l’OIF dans un cadre multilatéral

Usant de sa diplomatie d’influence, portée par la Secrétaire générale, l’OIF fait entendre la voix, les perspectives et les attentes de ses 88 États et gouvernements dans les enceintes internationales.

L’action politique de la Francophonie est fondamentalement caractérisée par une démarche préventive, à la fois structurelle, notamment sur le long terme, et opérationnelle, grâce au développement d’outils d’alerte précoce, de réaction rapide qui permettent d’accompagner les États dans des moments de crise, de grande tension ou de transition.

Les Représentations permanentes de l’OIF auprès des Nations unies à New York et à Genève, auprès de l’Union européenne à Bruxelles et de l’Union africaine à Addis-Abeba, jouent un rôle essentiel. Elles fournissent une assistance ciblée aux délégations francophones à travers différentes initiatives : simulation de passage de l’Examen périodique universel (EPU) devant le Conseil des droits de l’Homme, accompagnement dans diverses négociations cruciales pour tous nos pays. Avec les groupes constitués des ambassadeurs francophones (GAF), elles agissent de concert pour promouvoir le multilinguisme au sein des Organisations internationales.

 

Agir dans les enceintes multilatérales économiques

L’OIF exerce son influence en faveur du multilatéralisme, avec l’appui de ses nombreux réseaux ministériels. Dans le domaine de la régulation de l’économie mondiale où se jouent des négociations clés pour l’avenir des pays - s’agissant notamment de l’accès aux marchés, de fiscalité, ou du développement de filières à valeur ajoutée -, l’OIF accompagne le réseau des ministres du Commerce lors des réunions de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et celui des ministres des Finances des pays à faibles revenus lors des assemblées du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale. Un réseau des ministres chargés de l’Économie numérique a aussi été lancé au Sommet d'Erevan en 2018.

Ces réseaux visent à approfondir le dialogue des ministres et des décideurs chargés du commerce sur des enjeux majeurs concernant les processus d’intégration économique régionale et interrégionale, ainsi que la négociation des accords commerciaux multipolaires. Des réunions ministérielles sont suivies, tout au long de l’année, par des ateliers techniques organisés par l’OIF et auxquels participent des experts du FMI, de la Banque mondiale, de l'OCDE...

Enfin, l’OIF, en partenariat avec le Commonwealth, entretient un dialogue régulier avec les présidences successives du G20 afin d’impulser des initiatives internationales portant sur l’économie et le développement.

 

Appuyer les Etats pour l’atteinte des ODD

cLa Francophonie vise à accroître l'influence des pays francophones dans la prise de décisions internationales en matière de développement durable. Elle s’est fortement impliquée pour l’identification et l’adoption des Objectifs de développement durable (ODD) de l’Agenda 2030 des Nations unies, en organisant des plaidoyers et des concertations de haut niveau.

A chaque grande rencontre internationale sur le sujet (changement climatique, biodiversité, désertification, etc.), l'Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD) organise de nombreux ateliers et concertations francophones et édite des guides pour appuyer les délégations dans les négociations.

 

L’OIF partenaire des organisations internationales et régionales

Que ce soit avec les organisations internationales et régionales, les agences spécialisées du système des Nations unies, les organisations non gouvernementales, les entreprises ou les fondations privées, l’OIF collabore au quotidien avec des partenaires externes pour développer ses compétences, lever des fonds et renforcer ses programmes avec de l’expertise et des ressources.

Dans un contexte de réduction des ressources des agences multilatérales, les partenariats de l’OIF lui permettent non seulement de diversifier ses ressources, mais aussi d’innover dans ses contributions en faveur du développement durable et de la lutte contre la pauvreté.

La résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies du 24 mai 2017 réaffirme l’importance du partenariat politique et diplomatique ainsi que de la coopération technique entre l’OIF et l’ONU.

Entre 2015 et 2018, l’OIF a signé des accords de partenariat avec le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme (HCDH), le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le Centre du commerce international (CCI), Radio France internationale (RFI) et France Médias Monde, la Banque mondiale, la Commission de l’océan Indien (COI), l’Union européenne (UE), l’Agence française de développement (AFD), l’Union postale universelle (UPU), le Secrétariat du groupe des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), la Communauté du Pacifique (CP), et la Conférence permanente des chambres consulaires africaines et francophones (CPCCAF), ainsi qu’avec trois espaces linguistiques (Commonwealth, Communauté des pays de langue portugaise et Secrétariat ibéro-américain), à travers l’adoption de l’appel de Montréal pour un humanisme universel).

SÉLECTIONNÉ POUR VOUS