Les membres du Jury

Prix des 5 continents 2019

Ouvert aux éditeurs du monde entier, sans distinction, le Prix des cinq continents récompense un texte narratif de fiction d’expression française publié dans l’année. Le choix du lauréat ou de la lauréate est effectué par un prestigieux jury international, après une présélection assurée par cinq comités de lecture de diverses régions de l’espace francophone, dans une démarche originale qui implique des dizaines de lectrices et lecteurs de différentes origines.

 

Rendez-vous chaque jour pour une présentation d'un membre du jury 2019 : 

cPaula JACQUES (Égypte/France), Présidente du Jury 2019. 

Née au Caire d’où sa famille est expulsée en 1958, Paula Jacques passe son enfance en Israël avant de rejoindre la France. 

Productrice chez France Inter, elle y a animé l’émission Cosmopolitaine. Paula Jacques a obtenu de nombreux prix littéraires pour ses  romans, d’inspiration autobiographique.

Ses derniers romans sont Chantal Rose et L'officier arabe (Mercure de France, 2006), Kayro Jacobi : Juste avant l’oubli (Mercure de France, 2010) et Au moins il ne pleut pas (Stock, 2015). 

Elle est membre du jury du prix Femina, qu’elle a reçu en 1991 pour Déborah et les anges (Mercure de France, 1991).

Elle a également reçu le prix Europe 1 et le Prix Nice Baie des Anges pour Gilda Stambouli souffre et se plaint (Mercure de France, 2006).

 

Hubert HADDAD (France/Tunisie), Lauréat du Prix en 2008 pour Palestine (Zulma). c

Né à Tunis en 1947, Hubert Haddad a suivi l’exil de ses parents quelques années plus tard dans les banlieues populaires de Paris. Il a connu les aléas de l’immigration entre un père marchand forain et une mère d’origine algérienne qui souffrait de troubles de l’identité.

En prise directe avec la poésie contemporaine au sortir de l’adolescence, il fonde la revue Le Point d’être dans la mouvance du surréalisme. 

Auteur d’une oeuvre immense, Hubert Haddad nous implique magnifiquement dans son engagement d’intellectuel et d’artiste.

En 2017, parait Premières neiges sur Pondichéry (Zulma), lauréat du Prix Cercle-Chapel. Palestine (Zulma, 2008) a reçu le Prix des Cinq Continents et Le Peintre d’éventail (Zulma, 2013) a reçu le Prix Louis Guilloux, le Prix des littératures Océans France Ô 2014 et le Grand Prix SGDL de littérature pour l’ensemble de son oeuvre.

 

 

cAnanda DEVI (Maurice), Lauréate du Prix en 2006 pour Ève de ses décombres (Gallimard). 

Ananda Devi est née à Trois-Boutiques, un village du sud de l’île Maurice. Elle a choisi d’écrire en français ses romans et ses nouvelles mais son style incisif, lyrique et pénétrant intègre le créole et l’hindi.

Cette ethnologue de formation, et traductrice de métier, est sensible à l’imbrication des identités et des langages ; elle explore avec acuité les caractères humains, recomposant les multiples univers qui se côtoient, s’affrontent, se déchirent dans un espace insulaire à la fois analysé et recréé. Elle est Chevalier des Arts et des Lettres (France) depuis 2010.

Ananda est également titulaire du Prix du Rayonnement de la langue et de la littérature française de l’Académie Française. L’illusion poétique (Paulsen, 2017) est sa dernière œuvre. Ève de ses décombres (Gallimard, 2006) a reçu le Prix des Cinq Continents de la Francophonie et le Prix RFO du livre, Le Sari vert (Gallimard, 2009) a reçu le Prix Louis-Guilloux.

 

 

René de OBALDIA (France/Hong Kong/Panama), Membre de l'Académie française. c

Né le 22 octobre 1918 à Hong-Kong d’un père panaméen et d’une mère française, René de Obaldia est élevé en France dès son plus jeune âge. Il publie son premier roman Tamerlan des cœurs en 1956.

Suivront deux récits : Fugue à Waterloo et La Passion d’Émile (1956, Grand Prix de l’Humour noir) et un second roman, Le Centenaire, « épopée de la mémoire » (1960, Prix Combat). Beaucoup d’autres pièces parmi lesquelles Sept Impromptus à loisir, Le Général inconnu, Monsieur Klebs et Rozalie, Du vent dans les branches de sassafras, La Baby-sitter, Les Bons Bourgeois, lui assurent une audience internationale. En 2009, alors que paraît Merci d’être avec nous : impromptus (Théâtre - Grasset), René de Obaldia monte pour la première fois sur la scène du Petit Hébertot à Paris et nous fait pénétrer dans un univers teinté de mots, de rires et de joies.

L’académicien, dont les pièces ont été jouées par les plus grands comédiens, prouve qu’à plus de 90 ans la vie reste plus que jamais active et passionnante. Perles de vie (éd. Grasset) est son dernier écrit paru en 2017.

 

cLise BISSONNETTE (Canada-Québec)Membre de l’Académie des Lettres du Québec et Grand Témoin de la Francophonie aux Jeux Olympiques d’hiver de Turin en 2006.

Lise Bissonnette est écrivaine, journaliste, éditrice, administratrice, docteure en lettres françaises. L’État québécois lui a remis en 2010 le Prix Georges Émile- Lapalme, Prix du Québec en culture et rayonnement de la langue française. Elle se consacre depuis 2009 à des travaux personnels de recherche après avoir dirigé de grandes institutions québécoises. En 1998, elle a fondé la Grande Bibliothèque du Québec, devenue Bibliothèque et Archives nationales du Québec. De 1990 à 1998, elle a été directrice du quotidien Le Devoir. Elle a été Grand Témoin de la Francophonie aux Jeux Olympiques d’hiver de Turin en 2006. Elle est officier de l’Ordre national du Québec et de la Légion d’honneur (France), elle détient l’Ordre de la Pléiade, membre de l’Académie des Lettres du Québec, titulaire du Prix de carrière de la Fondation du journalisme canadien et du Prix de carrière de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec.

 

Jean-Marie Gustave LE CLÉZIO (Maurice)Prix Nobel de littérature 2008. c

Romancier, nouvelliste et essayiste, Jean-Marie Gustave Le Clézio est né le 13 avril 1940 à Nice (France). En 1963, son premier roman, Le Procès-verbal (Gallimard, 1963), est couronné par le Prix Renaudot. En 1980, Jean-Marie Gustave Le Clézio est le premier à recevoir le Prix Paul Morand décerné par l’Académie française, pour la totalité de son œuvre. Membre du jury du Prix Renaudot, son talent de conteur et son style lumineux hissent cet auteur au rang des figures les plus importantes du paysage littéraire francophone. Le Prix Nobel de littérature lui est décerné en 2008. En 2014, paraît Tempête, deux novellas (Gallimard) ; l’auteur y donne une autre définition de l’amertume que celle passée dans le sens commun. Ses personnages perdent ou retrouvent leur innocence et vont de l’avant. Alma (Gallimard), son dernier roman, paraît en octobre 2017. Ses livres sont traduits dans de nombreuses langues.

 

cMonique ILBOUDO (Burkina Faso), Ancienne Ambassadrice du Burkina Faso au Danemark.

Monique Ilboudo est une femme de lettres et une universitaire née à Ouagadougou. Elle a tenu plusieurs chroniques dans les journaux, dont la plus connue, Féminin pluriel, traitait de la situation des femmes dans son pays. Son roman Le Mal de peau (Serpent à plumes, 2001) a reçu le Prix national du Burkina Faso. Elle est auteure ou co-auteure de plusieurs ouvrages dont Murekatete (éditions Le Figuier et Fest’Africa, mai 2000), Amours de villes, villes africaines (ouvrage collectif, éditions Dapper, Paris 2001), Droit de cité, être femme au Burkina Faso (essai, éditions du Remue-ménage, Montréal 2006). Elle a aujourd’hui repris ses enseignements en droit à l’université Ouaga 2.

 

 

Lyonel TROUILLOT (Haïti), Président de la Fondation culturelle Anne-Marie Morisset. c

Romancier et poète, Lyonel Trouillot est né en 1956 dans la capitale haïtienne, Port-au-Prince. Il compose une oeuvre poétique et romanesque de première importance, publiée en France par Actes Sud : Rue des Pas-Perdus, Thérèse en mille morceaux (traduit en allemand cette année Thérèse in tausend stucken chez Litradukt), Les Enfants des héros, Bicentenaire, L’Amour avant que j’oublie, Yanvalou pour Charlie, La belle amour humaine... Lyonel Trouillot prône dans ce dernier un exercice inédit de la justice et une fraternité sensible entre les hommes sous l’égide de la question : « Quel usage faut-il faire de sa présence au monde ? ». Dans Kannjawou (Actes Sud), son dernier roman paru en 2016, « cinq jeunes gens à l’orée de l’âge adulte rêvent en vain d’avenir dans le misérable quartier de la rue de l’Enterrement… » Professeur de littérature, journaliste, co-directeur de la revue Démanbré et Président de la Fondation culturelle Anne-Marie Morisset, Lyonel Trouillot est aujourd’hui directeur littéraire de l’association Atelier Jeudi soir et des éditions du même nom et premier vice-président de l’Association des écrivains de la Caraïbe.

 

cVénus KHOURY-GHATA (Liban), Poète et romancière libanaise.

Vénus Khoury-Ghata est née au Liban et vit à Paris. Elle parcourt le monde pour défendre la langue française et sa langue maternelle, l’arabe. Elle a publié une vingtaine de romans et une vingtaine de recueils poétiques, bâtissant au fil des ans une œuvre riche, couronnée de nombreux prix. En 2009, l’auteur de Sept pierres pour la femme adultère (Mercure de France, 2007) a publié La Revenante, roman et À quoi sert la neige ? (éditions Cherche Midi), recueil de poèmes pour enfants. Elle y exprime son humanisme, sa révolte contre des misogynies meurtrières. Deux genres littéraires qui rythment son œuvre comme une respiration fondamentale. Ses écrits les plus récents sont : Les mots étaient des loups (Poésie/Gallimard, 2016), Le roman d’Asia Bibi (Cerf), Les derniers jours de Mandelstam (Mercure de France 2016) et L’adieu à la femme rouge (Mercure de France 2017).

SÉLECTIONNÉ POUR VOUS